Groupe d'artillerie 41

Créé en 1924, le gr art actuel a connu 4 systèmes d'armes et 25 commandants. Il a participé à de grandes manoeuvres durant la guerre 1939-1945, notamment dans le réduit national. Nombreux sont ses anciens commandants qui ont connu par la suite une carrière militaire ou politique brillante.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'histoire de ce groupe est mouvementée. En effet, en plus d'avoir été incorporé dans différentes grandes unités au fil du temps, le groupe d'artillerie 41, tel qu'il s'appelle aujourd'hui, a connu 8 dénominations, 25 commandants et a été doté de 4 systèmes d'armes différents en 86 ans d'existence. Par ailleurs, commander notre groupe a été un tremplin pour plusieurs carrières prestigieuses dont celle du major Samuel Gonard qui deviendra chef de l'Etat-major personnel du général Guisan en 1939, se verra par la suite confier le commandement d'un corps d'armée avant de présider, dans les années 1960, le Comité international de la Croix-Rouge.

Une naissance dans l'entre-deux-guerres

Canon lourd 10,5 cm, modèle 1935, dans son ultime version (années 80)

Canon lourd 10,5 cm, modèle 1935, dans son ultime version (années 80)
[cliquez pour agrandir]

Notre groupe est issu du gr ob 25. En effet, en 1924, 4 officiers furent extraits du gr ob 25 afin de constituer le noyau autour duquel allait être créé le nouveau groupe de canons 12 cm 1 (gr can 12 cm 1).

Dès 1925, le gr can 12 cm 1 devient le gr can ld tract 1, ce qui signifie que, très rapidement, notre groupe a été à la pointe du progrès puisque ses canons étaient tirés par des véhicules automobiles. De 1928 à 1937, on le nomme donc gr can ld auto 1. Dans les faits, seule la terminologie change, puisque les officiers et le matériel restent identiques. L'ordre de bataille comportait toujours un état-major et 2 bttr de pièces.

En 1938, alors que l'armée suisse se renforçait face à la perspective d'un conflit en Europe, le gr mot can ld 1 est constitué, vraisemblablement en remplacement du gr can ld auto 1 qui disparaît cette année-là de l'ordre de bataille. A cette occasion, le gr mot can ld 1 a été équipé des nouveaux canons lourds de 10,5 cm, conçus par le groupe suédois Bofors mais fabriqués sous licence en Suisse par la Waffenfabrik de Berne. C'est ici que l'on peut placer la véritable naissance de ce qui deviendra le gr art 41 puisque, dès cette date, il existera de manière continue jusqu'à nos jours, changeant simplement de nom au gré de ses diverses affectations.

Administrativement, ce nouveau groupe dépendra du Canton de Vaud, sauf sa batterie 3 qui sera administrée par celui de Genève. Ce n'est qu'en 2004 que l'entier du groupe sera attribué au canton du bout du lac.

Canon lourd tracté par un camion Saurer 2DM.

Canon lourd tracté par un camion Saurer 2DM.
[cliquez pour agrandir]

Notre groupe durant la Mob 39-45

Lors de la Mobilisation, le gr can ld 1, incorporé dans la 1ère division, 1er corps d'armée, a été mis à contribution dès les premières heures. En effet, il est mobilisé le 2 septembre 1939, au lendemain de l'invasion de la Pologne par la Wehrmacht. Le secteur d'engagement de la division était Nord-Vaudois-Gros de Vaud-Broye, le PC étant installé à Echallens dès le 3 septembre. Dès le 28 novembre 1939, la mission de la 1ère division est principalement de barrer les routes du Jura qui mènent sur l'Orbe et la Venoge.

Le 4 septembre 1942, on trouve le gr mot can ld 1 au col des Neuschels, reliant le Lac Noir à Jaun, dans le canton de Fribourg. Le secteur d'engagement avait alors changé, car notre armée était entrée dans sa phase de repli dans le « réduit national ». La 1ère division était ainsi cantonnée dans un secteur allant en gros de Bulle à Zweisimmen, dans l'Oberland bernois, en passant par le col du Jaun.

La 1ère division est licenciée, avec mise de piquet le 11 octobre 1944. Suite à la bataille des Ardennes, elle est remobilisée le 6 janvier 1945 et prend ses quartiers dans le secteur de Bâle-Campagne. En effet, la guerre étant virtuellement perdue pour l'Allemagne, on s'attendait davantage à des minis raids de franchissements qu'à des grandes offensives stratégiques. Le gr mot can ld 1 est définitivement démobilisé le 27 mars 1945, avec le reste de la 1ère division, soit 42 jours avant la capitulation de l'Allemagne. Ainsi s'achève la période historique la plus troublée qu'ait connu notre groupe d'artillerie.

L'après guerre

M-109 KAWEST

M-109 KAWEST

De 1948 à 1950, la mention motorisée disparaît logiquement et notre groupe s'appelle simplement gr can ld 1 puisqu'à partir de cette époque toute l'artillerie suisse devient motorisée, les chevaux étant alors obsolètes. En 1951, l'armée suisse subit une réforme en profondeur afin de faire face à la menace soviétique. Le gr can ld 1 disparaît pour renaître sous le nom de gr can ld 41. Une fois de plus, seul le nom change car les cadres demeurent les mêmes.

Il faudra attendre 1985 pour que notre gr soit équipé du M-109, obusier blindé autotracté, dont la version revalorisée (KAWEST) fut introduite chez nous en 2000. L'appellation gr ob bl 41 restera en vigueur jusqu'en décembre 2003, dernière année d'armée 95. L'armée XXI ne connaîtra plus d'artillerie tractée, c'est pourquoi, dès le 1er janvier 2004, notre groupe s'appellera simplement gr art 41.

La fin ?

L'étape de développement 08-11, qui n'est pas une nouvelle réforme de l'armée mais constitue une évolution face aux nouvelles réalités démographiques et budgétaires, verra le gr art 41 passer à la réserve. Ainsi, seuls les cdt et certains officiers qui auront terminé leurs jours de service resteront incorporés dans le groupe. Les autres seront transférés au gr art 1 ou, pour certaines fonctions généralistes, dans d'autres armes. Au 1er janvier 2011, le rideau tombe donc sur le 41 !