Groupe d'artillerie 41

La brigade d'infanterie 2 dispose, afin de mener le combat d'ensemble par le feu ou l'appui immédiat par le feu, de 2 groupes d'artillerie : le 54 et le 41. Au cours de ces quelques lignes, vous découvrirez le groupe d'artillerie 41 et son système d'armes.

Le FUG charge le rack sur le M-548 (années 80)

Le FUG charge le rack sur le M-548
[cliquez pour agrandir]

Groupe genevois depuis 2004, le 41, dont le commandant actuel est le lt col EMG Ducrest, incorpore aujourd'hui des hommes et des femmes de tous les cantons romands. Il est composé de 6 batteries, dont 4 de pièces, une batterie direction des feux (dir feux) et une batterie logistique (log). Il peut être comparé à un corps humain, où la batterie dir feux serait la tête, la batterie log le coeur, et les batteries de pièces les membres. L'action visible est fournie par les membres, mais aucune action n'est possible sans la coordination et l'énergie de l'ensemble du corps.

Un système d'armes

Un groupe d'artillerie est composé de plusieurs batteries. Il en existe 3 types. La batterie direction des feux coordonne l'ensemble des communications, alors que la batterie logistique fournit l'énergie et la mobilité. Les batteries de pièces, elles, délivrent le feu au bon endroit, au bon moment, avec la bonne munition.

Contrairement à un bataillon d'infanterie, l'artillerie a besoin d'un puissant système afin de conduire son feu et ce d'autant plus que le combat moderne requiert toujours plus de rapidité. Un système de conduite intégré des feux, intitulé INTAFF, a été introduit en 2004.

Ce système permet de commander des feux, de la munition ou toute autre chose, tout en visualisant en temps réel l'état de préparation et d'engagement du groupe à son niveau comme au niveau de la brigade. Tous les véhicules clés sont équipés d'une station INTAFF.

Véhicule commandent de tir mécanisé avec son système de mensuration des buts engageable de jour comme de nuit à une distance allant jusqu'à 7 km.

Véhicule commandent de tir mécanisé avec son système de mensuration des buts engageable de jour comme de nuit à une distance allant jusqu'à 7 km.
[cliquez pour agrandir]

La direction des feux

La batterie direction des feux est en réalité une formation d'aide au commandement. C'est elle qui assure la liaison dans le secteur d'engagement aux moyens de relais, assure la sécurité de l'état-major avec sa section sûreté et engage les équipes de commandants de tir. Le feu est conduit par le poste de conduite de tir (PCT) qui est l'interface entre les commandants de tir et les obusiers blindés. Il est évidemment équipé d'une station INTAFF, les commandants de tir ordonnant leurs feux par ce moyen.

Au nombre de 12, les équipes de commandants de tir sont autonomes et disposent en tant de guerre d'une grande capacité de survie. La doctrine d'engagement diffère selon le type de véhicule. En effet, 9 équipes sont mécanisées, dotées d'engins blindés Eagle et 3 équipes sont motorisées (Puch et remorque 1t). Les véhicules mécanisés changent en permanence d'emplacement et peuvent donc bénéficier facilement de cibles d'opportunité. Ils sont aussi très utiles pour le renseignement, puisqu'ils possèdent un télémètre laser, une caméra et une caméra thermique (système Optronique), engageables de jour comme de nuit à une distance de 7 km. Les équipes motorisées, quant à elles, sont destinées à des emplacements de plus longue durée, dans la mesure où elles mettent plus de temps à s'installer.

Les batteries de pièces

Le camion IVECO décharge le flat

Le camion IVECO décharge le flat
[cliquez pour agrandir]

Les batteries de pièces disposent de 6 obusiers blindés 79/95 M-109 KAWEST, capables de tirer 7 coups par minute à une distance maximale de 28 km. Cependant la doctrine d'engagement suit le principe « tirer, s'éclipser », ce qui revient à dire que les pièces ne tirent pas plus de 2 à 3 coups depuis la même position de feu. Le but de la manoeuvre est d'augmenter la mobilité afin d'éviter les feux de contre batterie. Un char de ravitaillement M-548 est attribué à chaque pièce.

Grâce à l'apport, depuis 3 ans, de containers modulables (RACK), la rapidité du ré-amunitionnement des pièces a été améliorée de manière très significative. Les pièces s'arrêtent sur les places d'amunitionnement et se servent directement dans les RACK, qui sont ensuite réalimentés selon les besoins, à partir d'un pont mobile (FLAT). A ce jour, l'artillerie suisse dispose de 4 types de munitions de guerre : l'obus d'acier, 2 types d'obus cargo (à sous-munition) et l'obus éclairant.

La nouvelle BBC avec ses 4 pistolets à carburants (2 de chaque côté). Ici le container se trouve encore sur l'Iveco 8X8. A l'arrière, on trouve les pompes et le compteur principal.

La nouvelle BBC avec ses 4 pistolets à carburants (2 de chaque côté). Ici le container se trouve encore sur l'Iveco 8X8. A l'arrière, on trouve les pompes et le compteur principal.
[cliquez pour agrandir]

La logistique

La batterie logistique est dotée de puissants moyens pour fournir l'énergie et la mobilité au groupe. De nombreux camions équipés de bras multi-lift permettent de transporter rapidement la munition et le carburant demandés.

L'ensemble de l'énergie d'un groupe d'artillerie est fournie par son coeur : la batterie logistique. Elle peut compter sur 20 camions, dont 14 avec le système multi-lift. Véritable réponse aux besoins de mobilité et de rapidité, et annoncé depuis près de 10 ans, le container ravitaillement à carburant (CRC) a été touché par notre groupe pour la première fois en 2008. En l'occurrence, il s'agit de deux containers, chargés sur deux camions à bras multi-lift. D'une capacité de 9300 litres, le réservoir garantit largement l'autonomie d'une batterie à l'engagement pendant plusieurs jours. Une pompe à air comprimé permet de fournir la pression nécessaire aux 4 pistolets à carburant. Un dispositif ingénieux permet d'interchanger les pistolets pour grands et petits véhicules.

Le débit des pompes est de 30 l / min, mais une version KAWEST, actuellement à l'étude, permettrait d'augmenter ce débit à 70 l / min. Ce container mobile comprend bien entendu tout le matériel nécessaire en cas de fuite légère ou de début d'incendie.

Forte de 12 personnes, dont un médecin, la section sanitaire est équipée d'un container MSE2. Véritable salle opératoire de campagne, cette installation est la réponse idéale aux exigences de prise en charge des blessés dans le combat moderne.

Le groupe d'artillerie 41 au complet, lors de la prise de l'étendard au CR 2008, sur l'ancienne piste d'aviation de Tourtemagne

Le groupe d'artillerie 41 au complet, lors de la prise de l'étendard au CR 2008, sur l'ancienne piste d'aviation de Tourtemagne